Historique

Association Montérégienne de la Surdité

De hier à aujourd’hui…

Avant 1952, les Sourds de la région se rassemblaient à Montréal au « Cercle St-François de Sales » et au « Centre des loisirs des Sourds de Montréal ». Ces institutions étaient supervisées conjointement par des Sourds et des Clercs de St-Viateur. Leur but était de permettre aux Sourds de continuer à se rencontrer et leur apporter un appui après leur scolarisation.

Le 20 septembre 1952, M. Elvin Leary et son équipe inaugurent « L’Association des Sourds catholiques de St-Jean et d’Iberville ». Au début, la vocation de la nouvelle association était plus à caractère religieux que social. Lors du décès du fondateur, le 6 août 1956, M. Fernand Dextraze prend la relève. Il ajoutera des soirées récréatives et sportives ainsi que des petits voyages. La prise de conscience de nos besoins spécifiques commence à émerger. Il est resté en poste jusqu’au 20 septembre 1969, il a dû laisser son poste pour des raisons de santé. M. Denis Martel a pris la relève jusqu’en 1972. M. Claude Marchand en a fait de même de 1972 à 1974.

Le 17 mars 1974, M. Bernard Latour devient président. Durant son mandat, l’association changera de nom pour être plus représentatif du lieu de résidence des membres. Elle s’appellera « Association des Sourds du HautRichelieu ». Les activités de loisirs ont été suspendues du 17 septembre 1977 au 18 septembre 1982. Le manque de bénévoles pour assumer la relève explique cet arrêt. Les Clercs de St- Viateur maintiennent le groupe uni par leur présence mensuelle, lors des activités de pastorale.

Nous revenons en force en 1982, avec M. Denis Martel, qui voit à l’incorporation de l’organisme avec son équipe. Il demeura en poste jusqu’en 1985. Les activités sont encore suspendues, pendant huit mois, dû à des problèmes au sein du c.a. M. Daniel Filion prendra la relève en septembre 1985, jusqu’en 1989. Mme Nicole Farley-Filion en fera de même de 1989 à 1991.

M. Bernard Latour revient à la présidence de 1991 jusqu’à 1998. Il relaie le flambeau à M. Daniel Filion et son équipe en 1998. Ils voient à la modification de la charte et de sa dénomination sociale, reconnue en mai 2001. Maintenant la corporation à but non-lucratif s’appelle « Associationmontérégienne de la surdité ». Ces modifications ont été nécessaires pour mieux représenter ses membres et les services dont ils ont besoin, et que l’association aimerait pouvoir leur offrir. Mme Kathleen Lalonde assume la présidence de l’association, elle aide les membres à prendre conscience de leurs besoins et du vieillissement de la population sourde locale et du manque de jeunes au sein du groupe.

Le 15 juin 2002, Mme Carolyne Hébert est élue présidente de l’association. Avec son équipe, elle a comme mandat la recherche de partenaires et de sources de financement pour créer une permanence et pour voir à l’élaboration du projet de la Maison sourde. Depuis le 50e anniversaire d’AMS du 22 septembre 2002, plusieurs étapes ont été franchies afin de permettre à notre association de répondre de plus en plus à sa nouvelle mission.

En 2003, nous avons obtenu de l’Agence en santé et services sociaux une reconnaissance comme organisme d’aide et d’entraide, ce qui nous a encouragé à procéder à la location d’un bureau permanent, dans le Vieux Saint-Jean, inauguré pour nos membres le 13 décembre 2003 et officiellement en même temps que l’ouverture d’une nouvelle activité : le Café Sourd, le 31 janvier 2004.

Le 2 octobre 2004, lors d’une assemblée générale spéciale, les règlements généraux ont été amendés pour les rendre conformes aux lois et aux nouveaux objectifs de la mission d’AMS. Une assemble générale annuelle a suivi, et M. Denis Pelletier a été élu président. Durant ce mandat de 2004 à 2006, la participation de délégué-e-s d’AMS a permis de nouveaux liens de concertation et de collaboration, tant au niveau de regroupement en surdité, qu’au niveau du milieu communautaire Entendant. Plusieurs documents de recommandations ont été préparés et remis lors de consultations publiques et pour des plans d’actions de toutes les villes de 15000 habitants et plus en Montérégie propices pour sensibiliser les décideurs aux moyens appropriés pour adapter les lieux et les informations afin les rendre accessibles aux personnes vivant avec une surdité.

En novembre 2005, AMS a engagé sa première employée, avec un contrat de subvention salariale de 6 mois. Et des subventions substantielles provenant de l’Agence en santé et services sociaux ont permis l’embauche en novembre 2006 d’une permanente à la coordination, et d’une adjointe à la coordination depuis la mi-août 2007. AMS a aussi eu sa première stagiaire au printemps 2007 et a offert un poste d’été pour une étudiante. Espérant que de telles subventions soient récurrentes, ce qui permettra le développement
plus élaboré de services et d’activités pour le bénéfice des personnes vivant avec une surdité et leurs proches. Les années passent et AMS se rapproche la réalisation de projets d’envergure.

Mais des constantes demeurent : l’association continue d’offrir des rencontres mensuelles où les gens sont invités à se ressourcer spirituellement, à prendre un repas ensemble et à s’amuser en soirée des activités annuelles se poursuivent et des nouvelles se sont ajoutées, particulièrement depuis avril 07.

En venant passer de bons moments, les gens échangent parfois sur des situations problématiques : AMS commence à jouer un rôle plus concret dans l’aide à la communication et l’accompagnement, dans la référence aux ressources appropriées, et mise encore sur les bénévoles pour apporter de l’aide et de l’entraide. Ce fut l’année « 55e » ! Les préparatifs pour l’événement du 55e ont mobilisé la permanente en poste et une dizaine de bénévoles, dont les membres du CA, ce dès l’automne 2006 et plus intensivement à partir de janvier 2007. Et dès l’arrivée de la 2e permanente en août 07, il fallait consacrer la majeure partie du temps à la réalisation de cet événement, afin de souligner dignement tant d’années de vie associative en surdité, et ainsi rendre hommage à toutes les personnes qui se sont impliquées au fil de toutes ces décennies.

Au 20 août 2007, une adjointe à la coordination a été engagée. Dès son entrée en poste, elle a consacré la majeure partie de son temps à épauler la coordonnatrice pour les nombreuses démarches à compléter afin de réaliser un événement digne des 55 ans de vie associative en surdité en Montérégie.

Cet événement pour souligner ces 55 ans a rassemblé 123 personnes le samedi 6 octobre 2007. Ce fut un succès sur tous les plans, et parmi les personnes présentes, plusieurs provenaient de régions telles : Québec, Victoriaville, la Beauce, les Laurentides, Sherbrooke, et même des ÉtatsUnis.

Par la suite, la permanence a poursuiviSl’élaboration d’une nouvelle activité : Cuisi-Sourd, qui a démarré dès janvier 2008. La formule Café-Sourd a aussi été remise en activité, et ce depuis décembre 2007, à toutes les semaines. Des collaborations intéressantes avec des organismes et instances en surdité et des milieux communautaires et d’autres instances contribuent à développer des activités qui permettent aux personnes vivant avec une surdité d’avoir des lieux et des moments de rassemblement, tant entre eux, qu’avec des personnes entendantes.

Les cours de LSQ ont à nouveau été offerts en automne 2007 par la formatrice Sourde et seront offerts dès le printemps 2008. Les rencontres de concertation avec le milieu communautaire local et le milieu en surdité ont été maintenues durant l’exercice 07-08. Et, bien entendu, les rencontres mensuelles ont été offertes, pour une 56e année ! Ces rencontres sont aussi l’occasion pour les personnes vivant avec une surdité de s’intégrer, en ce sens qu’elles leur permettent de collaborer ensemble, de partager des responsabilités, et de vivre des moments pour renforcir leur sentiment d’appartenance à une communauté distincte, et de communiquer fluidement, tous des éléments essentiels pour une meilleure estime de soi.

Pour l’année financière de 2008-2009, l’AMS a pu poursuivre les activités régulières, dont Café Sourd et Cuisi-Sourd, ainsi que les rencontres mensuelles offertes pour une 57e année, et ce, malgré une réduction de personnel à la permanence, faute de budget pour garder en poste 2 permanentes à temps plein.

Lors de l’assemblée générale annuelle du samedi 14 juin 2008, Mme Kathleen Lalonde a accepté le mandat à la présidence, mais pour un an seulement. Il en va de même pour le vice-président, M. Denis Martel qui, à ses 75 ans, a accepté de relever à nouveau le défi de siéger au CA de l’AMS, en espérant que la relève sera présente lors de la prochaine assemblée générale annuelle. Et Mme Ginette Dufour a accepté de rajouter les fonctions de secrétaire à celles de trésorière pour la 2e année de son 2e mandat.

Après une période de presque 2 mois, durant l’été, sans aucune employée, les activités ont tout de même pu reprendre pour l’automne.Toutefois, la nouvelle permanente à la coordination ayant dû quitter pour un congé maternité préventif, la suppléance s’est faite à temps partiel pour les mois d’octobre et novembre, et la reprise des semaines de 5 jours a eu lieu en décembre, avec cependant des tâches administratives d’accumulées.

Malgré tout, le maintien des activités variées a permis de rejoindre des personnes avec surdité sur une base régulière, durant tout l’automne et l’hiver. Les lacunes du manque de personnel se font sentir surtout au niveau de services « individualisés » tels : l’aide à la communication, l’accompagnement, les références, et au niveau de diverses tâches administratives.

Notons que des ateliers de LSQ ont aussi été à nouveau offerts, par les services des Loisirs de la Ville qui ont retenu les services d’une formatrice Sourde, membre de l’AMS. En ce qui a trait à la concertation, la présence de l’AMS a été maintenue à la Table locale du Haut-Richelieu pour les personnes handicapées, avec une belle participation à l’activité soulignant la semaine québécoise des personnes handicapées; cette activité a connu un beau succès.

Mentionnons qu’une première rencontre a aussi eu lieu, en mai 2008, au CMR de Saint-Hubert, quant à une concertation régionale en surdité, concertation demandée depuis les dernières années par l’AMS. Des liens avec l’ADSMQ-Rive-Sud ont été renforcis, et deux membres de l’AMS ont été élues au Conseil d’administration de cet organisme; mais malheureusement cet organisme a dû se dissoudre, faute de relève. Des membres de l’AMS sont aussi délégués pour représenter notre organismes auprès que quelques organismes en surdité, et au niveau communautaire dans le Haut-Richelieu.

Une autre « première » réalisée en 2008-2009 : des conférences d’une courte durée (1 heure) ont été présentées au CLSC de Richelieu, en novembre 2008, afin de mieux informer les intervenantes du volet Maintien à domicile quant aux divers types de surdité et aux moyens pour réduire les obstacles à la communication. Les participantes ont grandement apprécié les informations reçues et souhaiteraient en savoir encore davantage. Il s’agira de voir de quelle façon maintenir ce service, sans négliger les volets desactivités et services directs auprès des personnes vivant avec une surdité et à leurs proches.

Soulignons aussi le beau succès connu à nouveau lors du 2e tournoi annuel de Baseball poche de l’AMS, tenu le 10 novembre 2008. Cette activité très populaire a été encore rendue possible grâce à la participation de nombreux bénévoles à l’organisation et la réalisation de cet événement annuel rassembleur.

Enfin, une nouvelle activité démarrera à la fin de janvier 2009 : en effet, une fois par semaine, les personnes Sourdes, malentendantes, devenues sourdes font de la natation à une piscine intérieure des Services des Loisirs de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu. Durant cette période, quelques activités on été essayé pour trouvé des personnes malentendantes et commencer des activités pour eux. En effet a l’automne 2009, de 3 à 6 membres se sont rendu a des pratique de lecture labiale offert par une membre de l’AMS. Ces pratiques on a nouveau été offert au printemps 2010. Malheureusement nous n’avons pas recommencé cette activité faute de participation.

La veille bâtisse ou l’association était, à été vendu. Nous y étions depuis plus de 5 ans. Le déménagement à été très couteux et les nouveaux bureaux le sont également. Dure année faute de subvention. Malgré ce problème, l’AMS poursuit ses activités et continue sont aide à la population vivant avec une surdité.

En juin 2011, Mme Bourassa annonce sa retraite qui bien mérité!!! Depuis septembre 2011, les activités ont reprit et avec un nouveau CA en force, et plusieurs comités qui on démarrés, l’AMS et en pleine forme!!!!